Une diplômée du SAIT se fraye un chemin vers l’or culinaire au concours WorldSkills

Pour remporter une médaille au WorldSkills Competition 2022, le calme est la clé, selon Korae Nottveit, qui a concouru dans la catégorie des arts culinaires le mois dernier.

Certains des jeunes chefs les plus brillants du monde participent à l’événement, chacun étant mis à l’épreuve à travers un certain nombre de défis intenses.

Et le calme serait recommandé, étant donné que les participants doivent tenir un certain nombre de crèmes et de sauces fouettées à la main sur le dessus de leur tête pour prouver qu’ils sont fouettés comme il faut.

“Vous aurez cinq juges que vous pourrez voir du coin de l’œil, puis, vous savez, les nerfs commencent à venir et vous commencez à trembler”, a déclaré Nottveit dans un entretien sur La dernière ligne droiteajoutant qu’elle se donnerait un discours d’encouragement interne.

“‘Calmez-vous, respirez, mettez la nourriture dans l’assiette et faites en sorte qu’elle ait l’air aussi bonne que possible. Vous savez comment faire ça.’ Je pense que c’était quelque chose que je devais faire tout le temps.”

De toute évidence, sa stratégie a fonctionné.

Nottveit, diplômée du SAIT du comté de Rocky View, a remporté la médaille d’or dans sa catégorie, célébrant la victoire lors d’une cérémonie la semaine dernière à Lucerne, en Suisse.

WorldSkills est décrit comme les Olympiques des métiers. Il a généralement lieu tous les deux ans et les étudiants de diverses spécialités, telles que l’ébénisterie, la peinture automobile et la soudure, concourent à l’échelle provinciale et nationale – avec Skills Canada Alberta et Skills Canada, respectivement – avant de se rendre sur la scène mondiale.

Les concurrents ont généralement 21 ans et moins, mais les organisateurs ont modifié les règles de cette année pour permettre aux étudiants qui ne pouvaient pas participer auparavant en raison de la pandémie.

Cela a permis à Nottveit, maintenant âgée de 23 ans, de se faire tirer dessus.

Nottveit dit que son dessert devait inclure des baies, de la crème, du gâteau et du chocolat tempéré. (Soumis par Korae Nottveit)

Environ un mois après la compétition, elle a reçu des informations de base sur les tâches qu’elle devait accomplir et les aliments qu’elle devait inclure dans ses plats finaux.

Elle a passé entre huit et 10 heures dans la cuisine du restaurant où elle travaille actuellement en Californie pour préparer et pratiquer.

Son ancien instructeur culinaire au SAIT, Michael Dekker, a agi à titre de formateur. Ils ont travaillé ensemble pour se préparer aux compétitions depuis qu’elle a commencé à l’école de Calgary, a déclaré Dekker, et Nottveit s’est déjà frayé un chemin vers trois médailles d’or provinciales et trois médailles d’or nationales au cours des dernières années.

“Il y a une quantité incroyable de travail acharné. Vous savez, elle a passé d’innombrables heures le week-end et pendant la journée”, a-t-il déclaré.

“Vraiment, ce jeu mental aussi … rester en bonne santé, dormir suffisamment, rester hydraté, vous savez, et concentré sur ce que nous étions là pour faire.”

Mettre en valeur les métiers

Le concours culinaire s’est déroulé sur quatre jours.

Les participants devaient préparer des entrées, des plats chauds et des desserts, et accomplir certaines tâches chronométrées courantes dans l’industrie, comme créer et rouler des feuilles de lasagne en 10 minutes ou séparer autant d’œufs que possible en deux minutes.

Les organisateurs ajouteraient également des ingrédients mystérieux ou des aliments locaux à incorporer à la volée, a déclaré Dekker.

Les juges ont tenu compte du goût et de la présentation, mais ils ont également examiné l’organisation globale de chaque chef.

“Votre propreté, votre stockage de nourriture, votre fonctionnement, la façon dont vous interagissez avec les juges. Votre uniforme. C’est aussi important”, a déclaré Nottveit.

Elle a affronté 30 concurrents, à égalité avec deux autres du Portugal et de la France.

Cette victoire marque la deuxième médaille d’or du Canada en arts culinaires à la compétition, et la première pour l’Alberta, selon le SAIT. Au total, 10 étudiants albertains a atteint WorldSkills cette année, les compétitions se poursuivant jusqu’au 28 novembre.

Nottveit est photographiée après sa victoire avec l’entraîneur Michael Dekker, à droite, et le chef expert de l’équipe canadienne, Sean Kettley, à gauche. (Soumis par Michael Dekker)

Dekker dit que c’est bien d’avoir un concours international pour élever les étudiants impliqués dans les métiers.

“Nous ne célébrons généralement pas toujours notre main-d’œuvre qualifiée, et peut-être que ce n’était pas toujours le premier choix pour les gens à la sortie de l’école”, a-t-il déclaré.

“Avoir des individus comme [Nottveit] pouvoir montrer son dévouement, le laisser porter ses fruits, tout ce travail acharné et vraiment la préparer pour une carrière incroyable, je pense que cela montre vraiment la puissance de nos métiers spécialisés. »

En ce qui concerne l’avenir de Nottveit, d’autres compétitions ne sont pas hors de question. Un jour, elle aimerait aussi ouvrir son propre restaurant.

Pour l’instant, cependant, elle profite d’une pause bien méritée après un grand succès.

“C’est encore un peu incroyable, mais je suis super fier de pouvoir le ramener au Canada”, a déclaré Nottveit.

Leave a Comment