Un nouveau départ après 60 ans : la dépression catatonique m’a rendu incapable de marcher ou de parler. Maintenant j’enseigne la cuisine – en riant | La vie et le style

Mchacun d’entre nous serait d’accord pour dire que le rire et la bonne nourriture font que la vie vaut la peine d’être vécue, et Zeenat Fayyaz combine les deux. Elle dirige un cours de cuisine de cinq semaines dans un café communautaire près de chez elle dans le sud de Londres et chaque leçon commence par cinq minutes de yoga du rire. Elle démontre un exercice – des mouvements exagérés où elle fait semblant de faire puis de boire un milk-shake qui se termine par un grand “Ha ha ha”. “Le concept sous-jacent est que votre cerveau ne peut pas faire la différence entre un vrai et un faux rire, vous obtenez donc les mêmes avantages pour la santé”, dit-elle. De plus, c’est tellement idiot que de vrais rires s’ensuivent. « Cela relie les gens ; c’est un brise-glace.

Fayyaz, 62 ans, dit qu’elle voulait « faire quelque chose pour moi, quelque chose que je peux appeler le mien. J’ai cuisiné toute ma vie et j’ai donc transformé mon expérience de vie en quelque chose avec lequel je peux subvenir à mes besoins financiers. C’est comme “un miracle”.

En 2011, Fayyaz a fait une dépression. « Pendant trois ans, j’ai fait une dépression catatonique, où tout s’est arrêté. Je ne pouvais pas parler, rire, marcher – rien. Les personnes en état de catatonie sont insensibles; dans certains cas, il peut s’agir de ne pas bouger, parler ou manger. Ses quatre enfants adultes ont été choqués – malgré des circonstances difficiles tout au long de sa vie, elle avait toujours été une personne heureuse et positive. « Ils ne savaient pas ce qui se passait. Ils n’avaient aucune connaissance de la dépression, et ils disaient juste : ‘Qu’est-il arrivé à maman ?’ »

L’effondrement, selon Fayyaz, était le résultat d’un stress et d’un traumatisme cumulés. Elle est née au Kenya de parents indiens, puis a déménagé en Inde pendant trois ans lorsqu’elle était enfant et vit au Royaume-Uni depuis l’âge de 11 ans. Elle a rencontré son mari et s’est mariée à 19 ans. Parce qu’il était musulman et que sa famille était Sikh, elle a été reniée. Fayyaz s’est convertie à l’islam et a changé de nom, mais elle dit avoir eu le sentiment, en tant que convertie, qu’elle n’avait jamais été correctement acceptée par la famille de son mari. C’était un sentiment d’isolement.

Elle a subi des traumatismes : un de ses bébés est mort-né. Ensuite, il y a eu des difficultés financières – la famille s’est retrouvée sans abri à un moment donné – et son mariage a finalement éclaté. Elle devait élever seule quatre enfants. Elle a adapté les emplois autour de la garde d’enfants (travail dans une crèche dans un gymnase, puis dans le recrutement), mais, dit-elle : « J’ai toujours senti que ce n’était pas moi, comme si je voulais un peu plus de la vie. Je n’avais pas terminé mes études, mon enfance n’a pas été formidable, mais j’ai toujours eu le sourire aux lèvres et j’ai toujours rêvé d’une vie meilleure.

Au début de la cinquantaine, alors que ses enfants étaient de jeunes adultes et que les deux plus jeunes étudiaient encore, sa santé mentale s’est effondrée. « Je me suis dit : ‘Je ne m’en remettrai jamais’ », raconte-t-elle. “J’étais suicidaire.” Elle avait essayé des médicaments et des conseils, et on lui avait proposé une thérapie électroconvulsive. «J’étais juste, comme, je vais essayer n’importe quoi. J’avais l’impression de ne pas être là, de toute façon. En 2012, Fayyaz a eu trois séances, sous anesthésie générale, et pour elle ça a marché. “J’ai commencé à sortir. J’ai commencé à avoir l’impression de m’être réveillé.

Ses enfants ont été d’un grand soutien, même si cela les a tous touchés. « Je suis vraiment reconnaissante envers tous mes enfants, et sans eux, j’ai l’impression que je ne serais pas là où je suis aujourd’hui », dit-elle. L’un de ses fils a remarqué un projet local, Loughborough Farm, qui rassemble la communauté pour cultiver des produits sur des terres abandonnées. Il a proposé de l’emmener. Cela est devenu, dit-elle, « une partie de mon rétablissement. J’ai commencé à faire du bénévolat avec des trucs de culture et c’est thérapeutique. J’ai cette détermination à m’améliorer. Elle a eu beaucoup d’aide mais il lui a fallu du courage pour la chercher, « et c’est vraiment dur quand on est dans cet état. Mais je pense que si les gens peuvent avoir le courage d’aller là-bas, cela aide vraiment.

En 2017, Fayyaz a suivi un cours de yoga du rire et a commencé à donner des cours à Loughborough Farm. Il y a deux ans, elle a lancé sa propre entreprise d’intérêt communautaire. Grâce au financement de la loterie nationale, elle dirige maintenant des cours de cuisine, en se concentrant sur les recettes punjabi et en utilisant les excédents alimentaires locaux. “Les gens apprennent les épices et comment cuisiner à partir de zéro. Nous vivons dans un quartier assez défavorisé et mon objectif est d’apprendre aux gens à cuisiner à la maison. Elle a encore ce qu’elle appelle des “jours bas”. “Mais je peux le reconnaître, alors je fais une pause.”

Les cours, dit Fayyaz, “m’ont donné l’estime de soi et la confiance que je peux réaliser mes rêves”. Elle prévoit d’aller en Inde et d’en apprendre davantage sur ses différents styles de cuisine. Elle a également commencé à apprendre à nager et à faire du vélo, « des choses que je ne faisais pas quand j’étais plus jeune. Les gens diront toujours des choses comme : ‘A ton âge, à quoi ça sert ?’ Mais je pense en quelque sorte que je viens d’avoir 21 ans.

Dites-nous : votre vie a-t-elle pris une nouvelle direction après 60 ans ?

Leave a Comment