Trump a proposé de lancer des missiles au Mexique pour “détruire les laboratoires de drogue”, déclare Esper

Dans le récit de M. Esper, M. Trump semblait plus enhardi et plus erratique après avoir été acquitté lors de son premier procès en destitution. M. Esper écrit que les choix du personnel reflétaient cette réalité, alors que M. Trump tentait de resserrer son emprise sur le pouvoir exécutif avec des exigences de loyauté personnelle.

L’un des désirs de M. Trump était de mettre 10 000 soldats en service actif dans les rues de Washington le 1er juin 2020, après que de grandes manifestations contre la brutalité policière ont éclaté à la suite du meurtre de George Floyd par la police. M. Trump a interrogé M. Esper à propos des manifestants : « Vous ne pouvez pas simplement leur tirer dessus ?

M. Esper décrit un épisode près d’un mois plus tôt au cours duquel M. Trump, dont les perspectives de réélection ont été remodelées par ses gâchis répétés de la réponse à la pandémie de coronavirus, s’est comporté de manière si erratique lors d’une réunion du 9 mai sur la Chine avec les chefs d’état-major. Le personnel qu’un officier s’est alarmé. L’officier non identifié a confié à M. Esper des mois plus tard que la réunion l’avait amené à rechercher le 25e amendement, en vertu duquel le vice-président et les membres du cabinet peuvent destituer un président, pour voir ce qui était nécessaire et dans quelles circonstances cela pourrait être utilisé.

M. Esper écrit qu’il n’a jamais cru que la conduite de M. Trump avait atteint le niveau nécessaire pour invoquer le 25e amendement. Il s’efforce également de donner du crédit à M. Trump là où il pense qu’il le mérite. Néanmoins, M. Esper dresse le portrait d’une personne qui ne contrôle pas ses émotions ou son processus de pensée tout au long de 2020.

M. Esper distingue les responsables qu’il considérait comme des influences erratiques ou dangereuses sur M. Trump, avec le conseiller politique Stephen Miller en tête de liste. Il raconte que M. Miller a proposé d’envoyer 250 000 soldats à la frontière sud, affirmant qu’une importante caravane de migrants était en route. “Les forces armées américaines n’ont pas 250 000 soldats à envoyer à la frontière pour de telles bêtises”, écrit M. Esper qu’il a répondu.

En octobre 2019, après que des membres de l’équipe de sécurité nationale se soient réunis dans la salle de crise pour regarder un flux du raid qui a tué le chef de l’État islamique Abu Bakr al-Baghdadi, M. Miller a proposé de sécuriser la tête de M. al-Baghdadi, en la plongeant dans du sang de porc et le faisant défiler pour avertir d’autres terroristes, écrit M. Esper. Ce serait un «crime de guerre», a rétorqué M. Esper.

M. Miller a catégoriquement nié l’épisode et a qualifié M. Esper de “crétin”.

M. Esper considérait également Mark Meadows, le dernier chef de cabinet de M. Trump à la Maison Blanche, comme un énorme problème pour l’administration et l’équipe de sécurité nationale en particulier. M. Meadows a souvent lancé le nom du président lorsqu’il aboyait des ordres, mais M. Esper précise qu’il n’était souvent pas certain si M. Meadows communiquait ce que M. Trump voulait ou ce que M. Meadows voulait.

Leave a Comment