Que cuisiner cette semaine

Bonjour. Pas pour moi la sauce dominicale longuement mijotée et les boulettes de viande, du moins pas à la fin d’un week-end d’été en sueur. Je vais gros le samedi soir à cette période de l’année, fumant de la viande et faisant des pizzas sur un feu vif, cuisant à la vapeur des palourdes et du maïs, assemblant des plateaux de tomates, servant des boucles et de la pastèque. Quand arrive le dimanche soir, tapant sur sa montre et pointant du doigt le programme du lundi, j’ai soif de simplicité.

C’est là qu’intervient une fête de hot-dogs. Les hot-dogs sont généralement déjà cuits. Il vous suffit de les réchauffer sur une plaque chauffante ou un gril, puis de les servir sur des petits pains avec les garnitures que la culture, l’expérience ou le goût suggèrent sont appropriées.

Vous pourriez suivre l’exemple d’Eric Kim, par exemple, et faire des chiens à la Chicago (ci-dessus), sur des petits pains aux graines de pavot avec de la moutarde, de la relish sucrée, de l’oignon et de la tomate crus, des poivrons sportifs, un cornichon et du sel de céleri. Vous pouvez les couper et les faire cuire dans beaucoup d’huile chaude pour faire le genre de chiens que nos amis du New Jersey appellent les rippers, en les servant sur des petits pains aux pommes de terre grillées avec de la moutarde. Vous pouvez les préparer à la mexicaine ou prendre un raccourci et simplement les garnir de pico de gallo. J’aime un mash-up : des franks frits avec de la mayonnaise, du ketchup et de la moutarde, des jalapeños marinés, un filet de crème. Ça cuit à peine. C’est merveilleux de manger de temps en temps.

Vous pouvez vous sentir différemment. Pour vous, alors, une paella grillée. Quant au reste de la semaine…

J’aime la beauté et la facilité de ce tofu soyeux avec de la laitue croquante et des échalotes frites, inspiré du plat japonais connu sous le nom de hiyayakko : du tofu glacé garni de laitue fanée avec du vinaigre et du soja, des jalapeños tranchés et beaucoup d’échalotes frites pour le croquant.

Voici un garde-manger spécial de pâtes au thon, aux câpres et aux oignons verts qui est merveilleux en soi mais peut-être légèrement amélioré en ajoutant le zeste d’un citron. C’est de toute façon un repas parfait en milieu de semaine.

Les pleurotes deviennent presque aussi charnus et croustillants que le porc dans cette recette de tacos aux champignons chicharrón, ce qui en dit long. Certains, dont moi, ont remplacé d’autres variétés de champignons. Ne faites pas cela à moins que vous n’y soyez obligé. Un pleurote est le candidat idéal pour le poste.

Il y a des milliers et des milliers d’autres recettes à envisager de cuisiner cette semaine qui vous attendent sur New York Times Cooking. Oui, vous avez besoin d’un abonnement pour y accéder, tout comme vous en avez besoin pour regarder Deadwind sur Netflix. Les abonnements soutiennent notre travail. J’espère, si vous ne l’avez pas déjà fait, que vous envisagerez de vous inscrire dès aujourd’hui. Merci. (Si vous rencontrez des problèmes pour le faire, écrivez-nous pour obtenir de l’aide : cookingcare@nytimes.com. Vous pouvez également m’écrire. Je lis chaque lettre envoyée : foodeditor@nytimes.com.)

C’est le 59e anniversaire du lancement du Bluenose II, la goélette classique de la Nouvelle-Écosse.

Joy Press, dans Vanity Fair, tente de comprendre pourquoi “Yellowstone” a été snobé par les nominateurs des Emmys.

Enfin, voici le poème de Robert Crawford “Tank”, dans The London Review of Books. Il a été écrit, note-t-il, “lors des batailles en Europe en 2022”, et retravaille certains passages de “Alamein à Zem Zem”, un mémoire militaire de la campagne du désert occidental sur la Seconde Guerre mondiale écrit par le soldat-poète britannique Keith Douglas. Brûlant. Je serai de retour lundi.

Leave a Comment