Liste de la honte : les dix aéroports les moins performants de cet été !

Les voyages d’été et de vacances ont toujours été un moyen de tester la patience de tous les types de voyageurs, qu’il s’agisse de familles, d’individus ou de voyageurs fréquents pour qui les voyages sont monnaie courante, mais cette année, c’est particulièrement mauvais.

Les statistiques compilées via des sites Web de suivi tels que FlightAware montrent que certains aéroports ont maintenant une statistique de retard qui répertorie plus de la moitié de tous les vols décoller en dehors de l’heure de départ prévue.

En plus de ces chiffres, il existe également de grandes quantités d’annulations qui ont un impact supplémentaire sur les voyageurs, car ceux qui sont concernés ne sont pas seulement retardés, mais nécessitent un itinéraire complètement nouveau, et cela ajoute généralement des heures, voire une journée complète (pire des cas) au temps de trajet. .

Selon FlightAware ce sont les pires contrevenants de la catastrophe des voyages de cet été sur la base des données de recherche du 26 mai au 19 juillet.

Aéroports avec le plus grand pourcentage de vols retardés :

  1. Canada : Aéroport international Pearson de Toronto – 52,5 %
  2. Allemagne : aéroport de Francfort – 45,4 %
  3. France : Aéroport Paris Charles de Gaulle – 43,2 %
  4. Pays-Bas : Aéroport d’Amsterdam Schiphol – 41,5 %
  5. Royaume-Uni : aéroport de Gatwick – 41,1 %
  6. Royaume-Uni : aéroport d’Heathrow – 40,5 %
  7. Allemagne : Aéroport international de Munich – 40,4 %
  8. Grèce : Aéroport international d’Athènes – 37,9 %
  9. Australie : aéroport de Sydney – 34,2 %
  10. États-Unis : aéroport international d’Orlando – 33,4 %

Toronto se classe au premier rang sur la liste de la honte, avec plus de la moitié de tous les vols partant en retard – 52,5 % ! C’est une performance horrible, et quand on voit les images qui ont fait la une des journaux ces derniers mois, il est facile d’imaginer comment ces retards se déroulent, compte tenu des files d’attente interminables à l’enregistrement, à la sécurité et à l’immigration.

Mais d’autres aéroports ne sont pas loin derrière. L’aéroport de Francfort est devenu une autre honte nationale de l’efficacité allemande avec 45,4 % de retards, suivi de Paris Charles de Gaulle avec 43,2 %.

OUI – Toronto et Francfort ont réussi à surpasser le pire aéroport du monde en termes de retards et de chaos, félicitations.

Cela ne va pas beaucoup mieux pour le reste de l’été car les pénuries de personnel affligent les aéroports européens sur tous les fronts. Heathrow et Amsterdam ont imposé des restrictions et forcé les compagnies aériennes à réduire leurs vols.

Amsterdam lutte également contre les problèmes techniques de son système de livraison et de distribution des bagages. Francfort a capitulé et est allé jusqu’à demander aux passagers d’arrêter de voyager avec des valises noires alors qu’ils se perdent dans les masses de sacs abandonnés.

Fou : l’aéroport de Francfort supplie les passagers de ne plus enregistrer de valises noires

Il est difficile d’en voir la fin de sitôt. Peut-être, si nous avons de la chance, d’ici la fin de l’été, lorsque la demande de pointe en matière de voyages diminuera un peu. Jusque-là, il faut beaucoup de patience ainsi qu’une certaine astuce lorsqu’il s’agit de gérer les interruptions de voyage.

L’infrastructure n’a pas beaucoup de capacité à s’améliorer à moins qu’il n’y ait suffisamment d’humains pour la prendre en charge et au lieu des e-mails d’excuses qui affluent chaque jour en masse, il est peut-être temps que ces PDG qui ont causé ce gâchis assument une responsabilité personnelle et rendent des comptes ! ?

Conclusion

Les retards dans les aéroports ont été endémiques cette année, et les statistiques sont tout sauf flatteuses pour les pires aéroports du peloton, dont certains présentent près de la moitié de leurs vols classés comme retards.

La plupart de ces problèmes sont faits maison car de nombreux employés ont été licenciés pendant la pandémie, et maintenant les aéroports ont du mal à réembaucher du personnel autorisé à travailler dans des zones sécurisées, ce qui nécessite généralement une vérification des antécédents qui peut prendre beaucoup de temps pour être complété.

Pourtant, la direction responsable et les politiciens veulent blâmer tout le monde, des voyageurs qui “n’ont plus l’habitude de voyager et de ralentir le processus” aux compagnies aériennes accusées de vendre trop de billets. Je suis sûr que les aéroports prélèvent toujours la totalité des frais de départ et de traitement, alors pourquoi une compagnie aérienne ne ferait-elle pas ce qui est bon pour son entreprise ?

Leave a Comment