Les rituels des jours de pluie des samoussas et de l’arroz caldo

De quoi avez-vous envie quand il pleut ? En cette rare occasion de précipitations dans la Bay Area, je me sens hors de pratique.

Les habitants de Mumbai se souviennent souvent de la façon dont les sons et les odeurs de la pluie suscitent un appétit pour le masala chai, les samoussas et les bhajias à l’oignon. Ils écrivent qu’il y a quelque chose de précieux dans la façon dont la vapeur s’échappe d’un samosa fraîchement ouvert, libérant les arômes de garam masala et de graines de coriandre dans l’air humide. Dans cette ville, le picotement atmosphérique qui précède la pluie est rapidement rencontré avec l’odeur de l’huile de friture réchauffante. Pour d’autres communautés en Inde, la saison de la mousson pourrait signaler l’avènement d’autres mets délicats, comme les termites ailés rôtis ou les champignons rugda charnus.

Ailleurs, une personne peut se tourner vers la soupe aux boules de matzoh, la chaudrée de palourdes, le congee ou le hot pot; il se peut que nous soyons naturellement attirés par la vapeur par temps humide. Bien que nous recherchions souvent de la crème glacée pour contrer les journées chaudes, j’entends rarement parler de quelqu’un qui a envie d’aliments secs, comme du bœuf séché ou des sandwichs froids, quand il pleut. Au lieu de cela, nous nous fortifions avec les choses qui baignent nos visages de vapeur chaude et nous réchauffent de l’intérieur vers l’extérieur.

Je lis actuellement “Eat Up!” une collection d’essais récemment publiée par Ruby Tandoh, et une ligne en particulier m’a frappé: “Il y a tellement plus à manger que juste manger.” Au milieu des souvenirs de la cueillette des mûres avec sa grand-mère, Tandoh raconte le « flou » de toute l’expérience qu’elle appelle « manger » : la cueillette des baies, la pensée de la cueillette, la sensation d’épines lui grattant les bras, puis , enfin, la consommation réelle de tarte.

De cette façon, la façon dont nous cuisinons et mangeons quand il pleut est un rituel aussi important que de déposer des pommes et du miel à Roch Hachana ou de coller des bougies dans un gâteau d’anniversaire. Nous faisons ces choses pour nous rappeler notre humanité : nous placer fermement dans une chronologie autrement chaotique à travers de petites sensations de mordre à travers des écorces de pomme en papier et de souffler sur des tasses de thé chaudes. Le rituel narratif, la certitude de savoir que c’est toujours ce qu’on fait quand il pleut, réchauffe le corps autant que la vapeur.

Si vous n’avez pas envie de cuisiner pendant l’un de nos rares jours de pluie, voici quelques restaurants que je vous recommande pour calmer vos fringales. Gardez certainement cette liste dans votre poche pour la prochaine fois aussi… quand ce sera le cas.

Peut-être que vous voulez commencer la journée avec une soupe fortifiante. Si c’est le cas, rendez-vous à La Espiga de Oro dans le quartier de Mission pour son caldo de res satisfaisant (18 $), un bol costaud rempli d’un bouillon riche, de légumes al dente épais et de côtes levées tendres. Chaque commande est accompagnée d’une tortilla épaisse idéale pour tremper.

La Espiga de Oro. 6h-19h30 tous les jours. 2916 24th St. (à Florida Street), San Francisco. 415-826-1363

Pour le congee, dirigez-vous vers Porridge and Things, un restaurant teochew et cantonais à Millbrae qui se spécialise dans la bouillie de riz préparée simplement. Vous pouvez créer vos propres bols à partir d’une longue liste de garnitures, comme le radis séché (3 $), les boulettes de viande de bœuf rebondissantes (5 $) et la grenouille (7 $), ou opter pour des combinaisons de signature comme le crabe et la crevette.

Bouillie et choses. 11h-14h30 et 17h-22h tous les jours. 235 Broadway (à l’avenue Victoria), Millbrae. 650-692-2992 ou www.noodlesandthings.co

Pour satisfaire vos envies de samosas, achetez-en un lot chez Rajjot Sweets and Snacks, un lieu de restauration décontracté à Sunnyvale. Le comptoir est rempli de confiseries colorées, comme des boulettes de rasgulla bengalis, des barfis laiteux à base de pistaches et d’amandes, et du chomchom en croûte de noix de coco. Mais la plupart viennent pour les samoussas gras et croustillants (1 $), servis très chauds toute la journée. Ils vérifient toutes mes boîtes pour la nourriture réconfortante.

Bonbons et collations Rajjot. 10h-21h30 du mercredi au lundi. 1234, chemin S. Wolfe. (à El Camino Real), Sunnyvale. 408-730-5510

Leave a Comment