Le ministère de l’Énergie va distribuer 3,5 milliards de dollars pour les centres d’élimination du carbone

Le Département de l’énergie (DOE) vient de lancer un nouveau programme de 3,5 milliards de dollars pour extraire le dioxyde de carbone de l’atmosphère et le stocker. Le programme se concentre sur le développement de quatre « hubs » à travers le pays axés sur la capture directe de l’air, la technologie qui extrait le CO2 de l’air.

Chacun des hubs est censé à terme pouvoir capter et stocker au moins un million de tonnes de CO2. C’est un énorme effort. Actuellement, toutes les installations de captage direct de l’air dans le monde n’ont la capacité de capter qu’environ 0,01 million de tonnes métriques de CO2.

Aujourd’hui, le DOE a déposé un avis d’intention – une sorte de “préavis” officiel – qui indique qu’il fera une annonce de financement liée à ces hubs “au quatrième trimestre de l’exercice 2022”. À ce stade, les entreprises peuvent demander des fonds pour développer des projets qui «contribueront au développement» de ces hubs. Le financement provient de la loi bipartite sur les infrastructures adoptée l’année dernière et est censée être déployée entre 2022 et 2026. L’administration Biden facture cet effort dans le cadre de son plan visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis d’au moins 50 % cette décennie. par rapport aux niveaux de pollution de 2005.

Pour que les projets soient éligibles au financement, ils doivent répondre à certains critères. Ils doivent pouvoir stocker le CO2 en permanence, plutôt que de l’utiliser dans des produits comme les boissons gazeuses. Cela garantit que les gaz à effet de serre ne se retrouvent pas rapidement dans l’atmosphère. Le DOE interdit également tout projet qui utiliserait le CO2 capturé pour produire davantage de combustibles fossiles. Cela exclut la «récupération assistée du pétrole» de l’industrie pétrolière et gazière, une technique qui consiste à tirer sur le dioxyde de carbone capturé dans le sol pour forcer les réserves de pétrole difficiles à atteindre.

Les emplacements exacts des hubs n’ont pas encore été décidés, mais le gouvernement espère qu’en regroupant différents projets dans des hubs, ils pourront réduire les coûts et se développer rapidement. Idéalement, différentes installations pourraient partager la même infrastructure, c’est-à-dire des pipelines pour transporter le CO2 capturé vers un endroit où il peut être stocké à proximité.

Le plan prévoit qu’au moins deux des hubs soient situés dans «des communautés en difficulté économique dans les régions des États-Unis avec des niveaux élevés de ressources en charbon, en pétrole ou en gaz naturel». Cependant, certains défenseurs des communautés déjà entourées de nombreuses installations polluantes se méfient des projets d’élimination du carbone qui les accablent avec encore plus d’infrastructures industrielles. Le DOE a déclaré dans son annonce qu’il consulterait les communautés qui pourraient être affectées.

Le DOE recherchera également des régions avec d’autres types d’industries fortement polluantes. Bien que ce cycle de financement exclut les technologies similaires qui éliminent le CO2 des émissions de cheminées au lieu de l’air ambiant, le fait de placer ces différentes technologies les unes à côté des autres pourrait également leur permettre de partager les mêmes pipelines pour réduire les coûts. Et puisque l’industrie pétrolière et gazière a de l’expérience dans la construction de pipelines, y compris ceux pour le CO2, avoir cette expertise à proximité pourrait s’avérer utile lors de la construction de ces hubs.

Compte tenu de tout cela, il semble que la côte du Golfe pourrait être un candidat de choix pour de tels hubs car elle a une longue histoire avec le pétrole, le gaz et la pétrochimie. En plus de cela, il y a déjà des spéculations selon lesquelles les compagnies pétrolières et gazières envisagent le fond du golfe du Mexique comme un endroit pour déposer le CO2 capturé. Nous en apprendrons probablement plus sur le projet dans l’annonce de financement plus tard cette année.

Leave a Comment