Le gouvernement indonésien bloque Steam, Epic, Ubisoft et Nintendo

Image pour l'article intitulé Le gouvernement indonésien bloque Steam, Epic &  Nintendo pour 270 millions de personnes

Au cours du week-end, le gouvernement indonésien a commencé à bloquer tout site Web ou service qui n’avait pas réussi à s’enregistrer dans le cadre des nouvelles lois sur le «contrôle d’Internet». Cela a fini par être beaucoup, y compris tout, de Steam à Epic Games Store, en passant par Nintendo Online, EA et les plates-formes d’Ubisoft.

Le ministère indonésien des technologies de la communication et de l’information (Kominfo) a pris des mesures après l’introduction de nouvelles lois strictes, qui, selon le gouvernement, font partie d’une répression contre tout ce qui apparaît en ligne et qui est « jugé illégal », et qui nécessiterait toute plate-forme de service en ligne ou fournisseur hébergeant un tel “illégal” contenu pour le supprimer dans les 24 heures (ou quatre s’il est jugé “urgent”).

Afin de respecter ces lois, les entreprises internationales opérant en Indonésie devaient s’être inscrites d’ici le week-end, et sans surprise étant donné les vastes pouvoirs en jeu, beaucoup ont choisi de ne pas le faire, du moins pour le moment. En réponse, les services non participants ont été bloqués sur les adresses IP indonésiennes, ce qui signifie qu’aux côtés de sociétés plus larges et plus courantes comme PayPal et Yahoo, une foule de plates-formes de jeu ont également été coupées.

Alors que PayPal a été temporairement rétabli (afin de permettre aux clients de retirer leur argent de la plateforme), les magasins et plateformes de jeux sont restés dans l’obscurité depuis le week-end (la date limite d’enregistrement de la nouvelle loi est passée le 27 juillet).

Comme Voix mondiales résumerces lois ont été contestées à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’Indonésie depuis qu’elles ont été annoncées pour la première fois :

L’enregistrement obligatoire des opérateurs de systèmes électroniques privés (ESO) est stipulé dans le règlement ministériel 5 (MR5) publié en décembre 2020. Sa version modifiée, le règlement ministériel 10 (MR10), a été publiée en mai 2021.

Le MR5 et le MR10 ont été constamment opposés par les médias, les groupes de la société civile et les défenseurs des droits de l’homme pour contenir des dispositions qui menacent la liberté d’expression.

Human Rights Watch ont dit des lois:

Le MR5 est profondément problématique, accordant aux autorités gouvernementales des pouvoirs trop étendus pour réglementer le contenu en ligne, accéder aux données des utilisateurs et pénaliser les entreprises qui ne s’y conforment pas… Le règlement ministériel 5 est une catastrophe en matière de droits humains qui dévastera la liberté d’expression en Indonésie et ne devrait pas être utilisé sous sa forme actuelle.

Bien que ce ne soit pas un marché qui fait normalement la une des journaux, c’est une nouvelle importante car avec sa grande population (avec 270 millions d’habitants, c’est le quatrième pays le plus peuplé de la planète), l’Indonésie est un énorme marché des services en ligne. Comme Le diplomate signaler“L’Indonésie reste l’un des plus grands marchés Internet au monde, avec la troisième plus grande population d’utilisateurs de Facebook et figure également dans le top 10 des utilisateurs de YouTube, TikTok, Twitter, Instagram et WhatsApp”.

Aucun des services actuellement concernés n’est banni; ils sont techniquement juste limités jusqu’à ce qu’ils s’inscrivent à Kominfo ou que la loi soit modifiée (ou abrogée). Certaines des entreprises qui ont inscrit incluent Google, Roblox et Riot Games (League of Legends, Valorant). Et bien que l’accès direct à des services comme Steam ne soit actuellement pas disponible, les joueurs indonésiens seraient déjà contourner ça en utilisant un VPN.

.

Leave a Comment