Le comité du 6 janvier restreint la lutte juridique contre Eastman à l’approche des audiences

La décision du panel d’abandonner ses objections à la grande majorité des revendications de confidentialité avocat-client d’Eastman fait suite à la propre décision d’Eastman de céder sur plus de 15 000 pages de documents, qu’il a fournis au comité restreint lundi. Ces documents ont contribué à éclairer la décision du comité de restreindre le combat.

“Le besoin du comité restreint pour les documents en cause n’est devenu que plus important à la lumière de son examen des documents produits … et alors que le comité restreint se prépare à présenter les conclusions de son enquête au public par le biais d’audiences, qui devraient commencer en juin 2022 et les rapports à venir », a écrit Letter.

Le président Bennie Thompson dit qu’il s’attend à ce que le comité entame une série de huit audiences publiques le 9 juin.

La bataille autour de ces 3 000 pages marque le point culminant de l’une des deux odyssées juridiques les plus importantes que le comité ait entreprises. Dans un autre combat juridique historique, le comité a prévalu sur Trump lui-même, qui a intenté une action en justice pour empêcher les Archives nationales de divulguer des milliers de pages de ses archives de la Maison Blanche aux enquêteurs. Mais la Cour suprême a finalement mis fin au combat de Trump et les archives ont fourni des tonnes de preuves cruciales depuis janvier.

L’effort du comité contre Eastman a été plus long et plus compliqué. Cela a commencé en janvier lorsque le comité a assigné l’Université Chapman, l’ancien employeur d’Eastman, pour 90 000 pages de courriels d’Eastman. Eastman a intenté une action en justice pour empêcher Chapman de se conformer, et la poursuite a atterri devant le juge du tribunal de district américain David Carter.

Carter a rapidement précisé qu’il croyait en l’urgence du travail du comité restreint et a ordonné à Eastman d’examiner 1 500 pages de courriels par jour pour déposer toute demande de secret professionnel. Il a également accordé la demande du comité de donner la priorité à un examen des e-mails envoyés entre le 4 janvier et le 7 janvier 2021. Dans une décision historique en mars, Carter a statué qu’Eastman et Trump s’étaient probablement engagés dans un complot criminel pour annuler l’élection, avec Eastman utilisant ses théories juridiques pour blanchir la tentative de Trump de renverser la Constitution.

Carter a décrit de manière mémorable l’effort comme «un coup d’État à la recherche d’une théorie juridique», et il a accordé au comité l’accès à plusieurs centaines de pages de courriels échangés par Eastman à ces dates clés.

Depuis cette décision, le comité a continué à se battre avec Eastman sur plus de 35 000 pages de courriels liés à son travail pour Trump qui s’étendent du 3 novembre 2020 au 3 janvier 2021. Eastman a accepté le mois dernier de partager plus de 15 000 de ces pages avec le comité, à la lumière de la décision précédente de Carter. Mais il a soutenu que les 20 000 autres étaient couverts par le secret professionnel de l’avocat.

Maintenant, le comité restreint demande à Carter d’examiner 2 945 de ces pages pour une publication immédiate. Si Eastman s’y oppose, la commission a établi un calendrier rapide pour résoudre le différend d’ici la fin mai, laissant le temps d’examiner et d’analyser les documents avant que la commission ne lance ses audiences publiques.

Mais Eastman, dans un dépôt légal samedi, a déclaré qu’il n’était pas sûr que la précipitation ait un sens. Il dit qu’il n’a toujours pas vu la liste des documents que le comité restreint souhaite obtenir et ne peut donc pas porter de jugement sur la nature de la bagarre.

“Sans savoir quels documents restent en cause, le demandeur n’est pas en mesure d’offrir une position sur le besoin continu de découverte, un calendrier d’information approprié, ou si un rétrécissement supplémentaire des questions de privilège contestées est possible”, écrivent les avocats d’Eastman, Charles Burnham et Anthony Caso. .

Eastman a fait valoir que la nécessité pour le comité de tenir des audiences publiques n’est pas une raison légitime pour Carter d’accélérer son examen des documents, notant que le comité est principalement chargé d’élaborer des recommandations législatives pour empêcher les efforts futurs visant à renverser la transition du pouvoir.

“Le comité n’a identifié aucune législation potentielle retardée en raison du manque de courriels du Dr Eastman”, ont écrit les avocats. « La présentation de « conclusions » lors d’« audiences publiques » n’est pas un objectif législatif valable. »

Leave a Comment