Le carburant diesel est rare alors que les prix augmentent – Voici ce que cela signifie pour l’inflation

Les prix de l’essence et du diesel, supérieurs à 6,00 $ le gallon, sont affichés dans une station-service de Los Angeles, le 2 mars 2022.

Frédéric J. Brown | AFP | Getty Images

Les prix du diesel augmentent, contribuant aux vents contraires inflationnistes en raison du rôle vital du carburant dans l’économie américaine et mondiale. Les camions-citernes, les trains, les camions et les avions roulent tous au diesel. Le carburant est également utilisé dans toutes les industries, notamment l’agriculture, la fabrication, les métaux et l’exploitation minière.

“Le diesel est le carburant qui alimente l’économie”, a déclaré Patrick De Haan, responsable de l’analyse pétrolière chez GasBuddy. Des prix plus élevés “vont certainement se traduire par des biens plus chers”, a-t-il déclaré, car ces coûts de carburant plus élevés seront répercutés sur les consommateurs. “Surtout à l’épicerie, à la quincaillerie, partout où vous magasinez.”

En d’autres termes, les impacts se feront sentir dans l’ensemble de l’économie.

La poussée du diesel

La hausse des prix fait suite à une demande croissante alors que les économies du monde entier reprennent leurs activités. Ceci, à son tour, a poussé les stocks à des niveaux historiquement bas. Des produits comme le diesel, le mazout et le carburéacteur sont connus sous le nom de «distillats moyens», car ils sont fabriqués à partir du milieu de la plage d’ébullition lorsque le pétrole est transformé en produits.

Les stocks de distillats aux États-Unis sont maintenant au plus bas depuis plus d’une décennie. La décision est encore plus extrême sur la côte Est, où les stocks sont au plus bas depuis 1996. Le diesel et le carburéacteur au port de New York se négocient désormais bien au-dessus de 200 dollars le baril, selon UBS.

L’abandon de la dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’énergie russe accélère l’appréciation rapide des prix. Le bloc importe actuellement environ 700 000 barils par jour de diesel de Russie, selon Stephen Brennock de la société de courtage PVM.

“[T]Le resserrement de l’offre mondiale sera exacerbé par la proposition de l’UE d’interdire les importations de pétrole russe », a-t-il déclaré. « L’interdiction, si elle est approuvée, aura un impact démesuré sur les marchés de produits et en particulier sur le diesel…. en panne de gasoil.”

Le cabinet de conseil en énergie Rystad a fait écho à ce point, affirmant que la perte de produits raffinés russes va aggraver les pénuries de diesel en Europe.

Les raffineurs ne peuvent pas simplement augmenter la production pour répondre à la demande croissante, et les taux d’utilisation sont déjà supérieurs à 90 %. Aux États-Unis, la capacité de raffinage a diminué ces dernières années. Le plus grand complexe de raffinage de la côte Est – Philadelphia Energy Solutions – a fermé ses portes à la suite d’un incendie en juin 2019.

Plusieurs raffineurs sont actuellement reconfigurés pour produire du biocarburant, ce qui a également réduit leur capacité.

Certains raffineurs subissent également des contrôles de maintenance de routine qui étaient en retard suite à la pandémie. Ces installations fonctionnent généralement à fond – 24 heures sur 24, sept jours sur sept – et donc, à un moment donné, les machines doivent être vérifiées.

La côte Est dépend fortement d’autres régions du pays pour les produits raffinés, a déclaré De Haan. Aujourd’hui, l’Europe est en concurrence pour ces mêmes carburants en se détournant de la Russie.

Tarifs ‘non amarrés’

Un dicton courant sur les marchés des matières premières est “le remède aux prix élevés, ce sont les prix élevés”. Mais ce ne sera peut-être pas le cas cette fois-ci. Selon UBS, la demande de distillats a tendance à être moins élastique que les prix de l’essence.

En d’autres termes, bien que des prix élevés à la pompe puissent dissuader les consommateurs, si une entreprise doit acheminer des marchandises d’un point A à un point B, elle paiera ces prix plus élevés.

Tom Kloza, responsable de la recherche énergétique mondiale chez OPIS, a déclaré qu’au cours des années passées, un baril de diesel se vendait généralement 10 dollars au-dessus du prix du pétrole brut. Aujourd’hui, ce différentiel – connu sous le nom de crack spread – a atteint un niveau record au-dessus de 70 $.

“C’est devenu non attaché, non amarré, un peu déséquilibré. Ce sont des prix que nous n’avons pas l’habitude de voir”, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il existe de grandes différences de prix à travers les États-Unis.

Kloza a déclaré que le diesel au port de New York se négocie désormais autour de 5 dollars le gallon, tandis que les prix du carburéacteur au port, qui reflètent généralement les prix du diesel, sont d’environ 6,72 dollars. Cela équivaut à environ 282 dollars le baril.

“Ce sont des chiffres qui ne sont pas seulement hors des cartes. Ils sont hors des murs, hors du bâtiment et peut-être hors du système solaire”, a-t-il déclaré.

Les prix de détail du diesel augmentent également. Vendredi, la moyenne nationale pour un gallon a atteint un record de 5,51 $, selon AAA, après avoir atteint un nouveau sommet chaque jour au cours de la semaine dernière.

La hausse des prix du diesel se traduit par des marges bénéficiaires plus élevées pour les raffineurs, qui sont désormais incités à en faire le plus possible. À un certain moment, cela pourrait entraîner un resserrement du marché de l’essence, faisant grimper les prix élevés que les consommateurs constatent déjà à la pompe.

En attendant, les consommateurs peuvent s’attendre à ce que les prix des biens continuent de grimper.

“Cela va être un double coup dur pour les consommateurs dans les semaines et les mois à venir, car ces prix du diesel se répercuteront sur le coût des marchandises – un autre élément d’inflation qui va frapper les consommateurs”, a déclaré De Haan de GasBuddy, ajoutant que le plein impact de la récente flambée des prix ne s’est pas encore fait sentir.

.

Leave a Comment