La Russie menace de frapper la Pologne et le reste de l’Europe

Le chef de la Douma d’État russe, Vyacheslav Volodin, a menacé que si les gouvernements occidentaux fournissaient à Kyiv des armes nucléaires, comme l’a suggéré l’ancien ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski, un conflit nucléaire s’ensuivrait au cœur de l’Europe.

Sikorski, qui est maintenant membre du Parlement européen, aurait déclaré à la chaîne de télévision en ligne ukrainienne Espreso TV que l’Occident avait le droit de donner à l’Ukraine des ogives nucléaires pour protéger son indépendance, car « la Russie a violé [the Budapest] mémorandum”, comme le montre une vidéo partagée par le média biélorusse Nexta sur Twitter.

L’argument de Sikorski fait référence au mémorandum de Budapest sur les garanties de sécurité de 1994. Cette année-là, l’Ukraine a accepté de renoncer à toutes les armes nucléaires laissées dans le pays après la chute de l’Union soviétique et d’adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

En décembre 1994, Kyiv a signé le mémorandum de Budapest avec la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni, dans lequel les signataires s’engageaient à respecter la souveraineté, l’indépendance et les frontières existantes de l’Ukraine en échange de l’engagement du pays à se dénucléariser.

Dans l’interview avec Espreso TV, Sikorski a affirmé que la Russie avait rompu les termes de l’accord en envahissant l’Ukraine.

Newsweek a contacté le ministère polonais des Affaires étrangères pour commenter la déclaration de Sikorski, qui n’a pas été officiellement soutenue par le gouvernement polonais.

Les propos de l’eurodéputé polonais ont atteint la Russie, où sa déclaration a été accueillie par une contre-menace de la part de Volodine, qui dirige l’une des chambres du parlement russe.

“Avec de tels députés, les Européens auront des problèmes bien plus graves que ceux auxquels ils ont déjà été confrontés aujourd’hui (réfugiés, inflation record, crise énergétique)”, a écrit dimanche Volodine sur sa chaîne Telegram.

“Sikorski provoque un conflit nucléaire au centre de l’Europe. Il ne pense à l’avenir ni de l’Ukraine ni de la Pologne. Si ses propositions sont mises en œuvre, ces pays disparaîtront, ainsi que l’Europe. Il doit être examiné par un psychiatre, passer le mandat et rester à la maison sous surveillance », a ajouté Volodine.

“C’est à cause de gens comme Sikorski qu’il est nécessaire de libérer l’Ukraine non seulement de l’idéologie nazie, mais aussi de la démilitariser, en garantissant le statut non nucléaire du pays”, a conclu le législateur.

Newsweek a contacté le ministère russe des Affaires étrangères pour savoir si la menace de Volodine est soutenue par le Kremlin.

Discours du président de la Douma d’État russe, Vyacheslav Volodine, lors du Conseil des législateurs au Palais de Tauride, le 27 avril 2022 à Saint-Pétersbourg, en Russie. Volodine a menacé d’un conflit au centre de l’Europe si les pays occidentaux fournissaient à Kyiv des ogives nucléaires.
Contributeur/Getty Images

Leave a Comment