Fabriquez le Kabocha Samgyetang de Danny Bowien de “Mission Vegan” pour Thanksgiving

Imaginez le samgyetang, la soupe coréenne apaisante. Si vous l’avez déjà mangé, vous envisagez probablement un petit poulet entier farci de riz gluant, de jujubes, de châtaignes et de ginseng dans un bouillon fumant.

Maintenant, imaginez-le sans la soupe. Et sans le poulet.

Le résultat peut sembler sombre mais c’est en fait la meilleure partie : la farce.

Danny Bowien, le chef derrière le pionnier Mission Chinese Food de San Francisco, a transformé le samgyetang en une réimagination végétalienne digne d’une pièce maîtresse des fêtes en se concentrant sur cette farce sensationnelle et en la mettant dans une courge d’hiver entière.

La recette, trouvée dans son nouveau livre de cuisine avec JJ Goode, “Mission Vegan: Wildly Delicious Food for Everyone”, est une excellente trouvaille pour les familles à la recherche d’un plat principal végétalien pour leur table de Thanksgiving cette année – ou pour ceux qui veulent simplement secouer la routine. Le critique gastronomique de Chronicle, Soleil Ho, a adoré le plat, affirmant qu’il “atteint l’équilibre sucré-salé que vous recherchez dans une excellente farce” et “capture l’intrigante texture douce et moelleuse du poulet samgyetang (sans le poulet)”.

Bowien conserve le riz gluant et le ginseng mais remplace les jujubes et les châtaignes traditionnels par des dattes caramélisées, des champignons shiitake séchés riches en umami et des noix de cajou grillées croquantes. Puis il rajoute de la crème de noix de cajou pour un fini velouté.

La partie la plus délicate de l’opération est lorsque vous devez retourner les moitiés de courge rôties avec la farce de riz gluant encore à l’intérieur – faites-le simplement avec confiance et tout ira bien.

La couverture de “Mission Vegan” de Danny Bowien.Éco

Kabocha Samgyetang


Pour 4 personnes

Danny Bowien a découvert pour la première fois une version souple du samgyetang à Séoul, fabriquée par un type avec un engin semblable à une rôtisserie attaché à un vélo. Puis il a essayé une version frite. Il a donc apporté sa partie préférée – la farce – à la courge kabocha, comme le montre cette recette adaptée de son livre, “Mission Vegan”. Pour le ginseng, recherchez des flacons d’extrait de ginseng rouge coréen vendus sur les marchés coréens.

2 tasses de riz sucré (gluant) à grains courts

1½ onces de shiitake séchés (environ 5 gros), trempés et parés

Deux kabochas de 4 livres, coupés en deux et épépinés

¼ tasse d’huile d’olive extra vierge

2 cuillères à café de sel casher

1 tasse de noix de cajou grillées non salées

1 tasse de dattes dénoyautées hachées (½ pouce)

1 cuillère à soupe d’extrait de thé de ginseng ou de ginseng haché

½ cuillère à soupe de poudre d’assaisonnement aux champignons, comme Imperial Taste ou Po Lo Ku

½ cuillère à soupe de poivre noir

1 tasse de crème de noix de cajou (voir ci-dessous)

Dans un bol à mélanger moyen, mélanger le riz et suffisamment d’eau pour couvrir d’environ un pouce et laisser tremper pendant 2 heures. Égouttez le riz, rincez-le bien sous l’eau et égouttez-le bien. Pendant ce temps, coupez en quartiers les têtes de champignons.

Préchauffer le four à 350 degrés.

Frottez les moitiés de kabocha à l’intérieur et à l’extérieur avec l’huile, puis assaisonnez avec le sel. Dans un bol moyen, mélanger le riz, les champignons, les noix de cajou, les dattes, l’extrait de ginseng, la poudre de champignons et le poivre et bien mélanger.

Farcir le mélange de riz dans chaque moitié de kabocha, en le tassant fermement. Coupez quatre morceaux de papier sulfurisé qui sont un pouce ou deux plus grands que les côtés coupés du kabocha. Une moitié à la fois, couvrir les côtés coupés avec un morceau de papier parchemin et retourner délicatement la courge sur une plaque de cuisson afin que le papier parchemin maintienne le riz en place. Rôtir jusqu’à ce que la chair soit tendre et que le riz soit bien cuit, environ 45 minutes.

Glisser une spatule sous la farce pour retourner la courge sans faire tomber la garniture. Servir avec la crème de noix de cajou.

Crème de noix de cajou

1½ tasse de noix de cajou crues

1 cuillère à café de sel casher

Mélangez les noix de cajou avec 3 tasses d’eau dans un récipient haut et étroit (c’est bien si elles flottent) et laissez-les tremper au réfrigérateur pendant au moins 8 heures ou toute la nuit.

Une fois trempées, égouttez les noix de cajou et mettez-les dans le mixeur avec le sel et 1 tasse d’eau fraîche. Mélanger à haute vitesse jusqu’à consistance très lisse, 1 à 2 minutes.

Vous aurez environ 2 tasses. Conservez les restes dans un récipient hermétique au réfrigérateur jusqu’à 1 semaine.

Extrait de “Mission Vegan : Wildly Delicious Food for Everyone” de Danny Bowien avec JJ Goode. Copyright 2022 par Danny Bowien. Extrait avec la permission d’Ecco, une empreinte de HarperCollins Publishers.

Leave a Comment