Comment l’Inde peut renvoyer l’huile de cuisson locale dans la cuisine

Narendra Modi dépense des milliards de dollars pour son autonomie. Sur les routes et dans les usines, le slogan du Premier ministre indien se traduit par de généreuses subventions pour les batteries de véhicules électriques maison, les panneaux solaires et l’hydrogène vert – tout ce qui peut aider à réduire une dépendance démesurée au pétrole brut du Moyen-Orient. Il existe cependant une autre huile importée à laquelle la nation sud-asiatique est accro : celle utilisée pour la cuisine. Les cuisines indiennes dépensent 19 milliards de dollars par an en huile de palme indonésienne, de tournesol ukrainienne et de soja argentine.

La nourriture achetée à l’étranger absorbe des dollars, dont aucune économie en développement ne veut se séparer pour le moment. Mais ce n’est pas tout. Dans le climat géopolitique actuel, il semble imprudent de laisser le quotidien de 1,4 milliard de personnes à la merci du commerce mondial. L’autosuffisance alimentaire doit être une préoccupation légitime de politique publique, comme l’a récemment souligné la suspension par la Russie du corridor convenu par l’ONU pour les navires céréaliers partant des ports ukrainiens de la mer Noire. Il ne faudra pas de dons coûteux pour mettre fin à cette vulnérabilité nutritionnelle. Avec un peu de financement public, les scientifiques peuvent faire le travail. La question est de savoir si les politiciens les laisseront faire.

A lire aussi : Comment la tension Chine-Ouest renforce l’attrait des marchés boursiers indiens

Nous connaîtrons la réponse bien assez tôt. New Delhi a donné son autorisation environnementale à une culture de moutarde génétiquement modifiée, qui promet d’augmenter les rendements jusqu’à 28 %. Si tout se passe comme prévu, il y a de fortes chances que les agriculteurs du pays aient accès à la moutarde OGM avant la saison de plantation d’octobre 2025.

Jusqu’à présent, le coton Bt résistant aux insectes de Monsanto Co. est la seule culture génétiquement modifiée en Inde. Il a été introduit il y a deux décennies au milieu de l’opposition véhémente des militants anti-OGM. Les débats font rage encore aujourd’hui pour savoir si la hausse subséquente des rendements du coton indien a été causée par le trait Bt ou par une utilisation plus intensive d’engrais. Cependant, en ce qui concerne les aliments OGM, la plus grande objection a été soulevée par le Swadeshi Jagran Manch, le principal groupe de réflexion économique du mouvement culturel hindou de droite qui soutient le parti au pouvoir de Modi.

Selon SJM, au lieu de rendre l’économie indienne des oléagineux autonome, la moutarde OGM rendrait les agriculteurs “sérieusement dépendants” d’un mastodonte multinational comme Bayer AG, qui détient le brevet ultime sur la technologie. Pourtant, les scientifiques de l’Université de Delhi qui ont proposé avec la nouvelle variante disent que leurs recherches sont financées par des fonds publics et que, par conséquent, les nouvelles semences seront à un prix raisonnable.

A lire aussi : Les applications Fintech surpasseront le cas d’une monnaie pan-asiatique

Au cours des millénaires, les modes de cuisson du sous-continent indien ont été aussi diversifiés que les aliments consommés dans la vaste région. L’huile de coco est populaire dans le sud, tandis que les régions de l’ouest aiment faire frire dans l’huile d’arachide. L’huile de moutarde est davantage utilisée à l’est et au nord. Mais depuis près de 25 ans, la production locale d’oléagineux est en deçà de la demande. Aucune des huiles traditionnelles, pressées à froid et filtrées, n’a réussi à résister à l’assaut incessant des huiles de palme, de soja et de tournesol importées. Près de 70 % de la demande est aujourd’hui satisfaite par les importations. Les prix, qui avaient bondi l’an dernier, n’ont que légèrement baissé en 2022.

Pendant la guerre froide, l’Union soviétique a aidé l’Inde avec la production locale de tournesol ; les Américains ont aidé avec le soja, le commercialisant initialement comme une solution à la pénurie de protéines en Inde. Alors que la population ne s’est jamais vraiment réchauffée avec le lait ou les pépites de soja, l’Inde a fini par devenir le plus grand importateur d’huile de soja au monde. Idem pour le tournesol qui couvre aujourd’hui 10 à 12 % des besoins annuels en huile alimentaire du pays, même si la production locale stagne.

Après que l’Inde a commencé à ouvrir son économie dans les années 1990, de grands commerçants alimentaires tels que Archer-Daniels-Midland Co. ont pris d’assaut la deuxième nation la plus peuplée. ADM est le principal actionnaire de la société singapourienne Wilmar International Ltd., dont la joint-venture avec le groupe indien Adani contrôle la première marque d’huile alimentaire du pays. Un barrage de dollars publicitaires, claironnant les bienfaits perçus pour la santé des liquides raffinés incolores, inodores, a conquis la classe moyenne. Les favoris traditionnels comme la moutarde, la noix de coco, l’arachide et l’huile de sésame ont soudainement commencé à paraître plus lourds et plus gras en comparaison. Un scandale de falsification à la fin des années 1990 a transformé le mouvement des huiles filtrées en un exode.

Le segment du marché le plus soucieux des prix était accaparé par l’huile de palme, responsable de la destruction à grande échelle des forêts tropicales indonésiennes. Se débarrasser des 8 millions de tonnes d’huile de palme importées pourrait aider l’Inde à réduire le taux de mortalité par cardiopathie ischémique associé au milieu de cuisson. Pourtant, il n’y a pas de consensus sur la question de savoir si les cultures transgéniques sont la bonne arme pour ce combat. Aux deux extrémités du spectre politique – à gauche et à droite – il y a une appréhension partagée à propos des agriculteurs qui perdent le droit de réutiliser ou de vendre leurs semences. Avec la moutarde modifiée, les exportateurs de miel craignent que les activités de collecte de nectar des abeilles ne soient affectées.

L’Inde a failli approuver la moutarde OGM en 2016 – six ans après que des problèmes de santé publique exagérés ont annulé une aubergine modifiée. (Le Bangladesh a autorisé la variante avec un succès considérable.) Le changement climatique ajoutant chaque année à l’incertitude de la production alimentaire, retarder une décision commence à ressembler à une erreur coûteuse. Presque tout le canola canadien consommé dans le monde (y compris en Inde) est génétiquement modifié. L’Australie a approuvé la publication d’un croisement entre la moutarde indienne et le canola OGM après avoir jugé que l’hybride présentait un “risque négligeable” pour la santé des personnes ou l’environnement.

Un déséquilibre créé pendant près de trois décennies ne sera pas corrigé en un jour. Mais avec l’aide de la science, il est peut-être possible de remettre les huiles traditionnelles du pays sur les étagères des cuisines indiennes.

Cette histoire a été publiée à partir d’un fil d’actualité sans modification du texte. Seul le titre a été modifié.

Attrapez toutes les actualités commerciales, les actualités du marché, les dernières actualités et les dernières mises à jour sur Live Mint. Téléchargez l’application Mint News pour obtenir les mises à jour quotidiennes du marché.

Plus Moins

.

Leave a Comment