3 Israéliens tués dans une attaque au couteau près de Tel-Aviv

JERUSALEM – Deux assaillants palestiniens se sont livrés à une attaque à l’arme blanche dans une ville près de Tel-Aviv jeudi soir, tuant au moins trois personnes et en blessant quatre autres avant de s’enfuir à bord d’un véhicule, ont annoncé les autorités israéliennes.

Vendredi matin, la police israélienne a déclaré qu’une recherche était en cours pour retrouver deux suspects palestiniens de Cisjordanie occupée. Les suspects, âgés de 19 et 20 ans, venaient de Jénine, la ville natale d’autres assaillants impliqués dans les récents attentats en Israël. La ville et ses environs ont connu de fréquents raids militaires israéliens et des affrontements avec des militants palestiniens ces dernières semaines.

“Nous mettrons la main sur les terroristes et leur environnement favorable, et ils en paieront le prix”, a déclaré le Premier ministre israélien Naftali Bennett après s’être blotti avec de hauts responsables de la sécurité jeudi soir.

Les tensions israélo-palestiniennes sont montées en flèche récemment, avec les attentats en Israël, les opérations militaires en Cisjordanie occupée et la violence sur le lieu saint le plus sensible de Jérusalem. Le site, qui abrite la mosquée Al-Aqsa, a été le théâtre de nouveaux troubles plus tôt jeudi.

Alon Rizkan, un médecin du service de secours israélien Magen David Adom, a décrit un « appel très difficile » lorsqu’il est arrivé sur les lieux à Elad, une ville ultra-orthodoxe près de Tel-Aviv. Il a déclaré avoir identifié trois personnes décédées à divers endroits. Au moins quatre autres personnes ont été blessées, dont une grièvement, ont indiqué des responsables.

Les médias israéliens ont cité la police comme disant qu’il y avait deux assaillants, et juste avant minuit, la police a déclaré qu’elle recherchait toujours les assaillants. Ils ont appelé le public à éviter la zone et ont exhorté les gens à leur signaler les véhicules ou les personnes suspectes.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a ordonné un bouclage de la Cisjordanie, imposé avant les vacances et empêchant les Palestiniens d’entrer en Israël, qui restera en vigueur jusqu’à dimanche.

À Washington, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que les responsables américains “condamnaient avec véhémence” l’attaque d’Elad.

“Il s’agissait d’une attaque horrible visant des hommes et des femmes innocents, et était particulièrement odieuse alors qu’Israël célébrait son jour de l’indépendance”, a déclaré Blinken dans un communiqué. “Nous restons en contact étroit avec nos amis et partenaires israéliens et restons fermement à leurs côtés face à cette attaque.”

Le président palestinien Mahmoud Abbas, dont le gouvernement administre des zones autonomes en Cisjordanie occupée par Israël, a condamné l’attaque.

“Le meurtre de civils palestiniens et israéliens ne fait qu’aggraver la situation à un moment où nous essayons tous de parvenir à la stabilité et d’empêcher l’escalade”, a déclaré l’agence de presse officielle Wafa.

Le groupe militant palestinien Hamas, qui dirige la bande de Gaza, a salué l’attaque et l’a liée à la violence sur le lieu saint de Jérusalem.

“La prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa ne peut rester impunie”, a déclaré le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem. “L’opération héroïque à Tel-Aviv est une traduction pratique de ce contre quoi la résistance avait mis en garde”.

L’enceinte de la mosquée Al-Aqsa est le troisième site le plus sacré de l’Islam et est construite sur une colline qui est le site le plus sacré pour les Juifs, qui l’appellent le Mont du Temple. Il se trouve au cœur émotionnel du conflit, et les Palestiniens et la police israélienne s’y sont affrontés à plusieurs reprises ces dernières semaines.

Tôt jeudi, la police israélienne est entrée sur le site pour évacuer les manifestants palestiniens, après la reprise des visites juives qui avaient été interrompues pour les fêtes musulmanes.

Alors que les visites reprenaient, des dizaines de Palestiniens se rassemblaient, scandant « Dieu est le plus grand ». Des échauffourées ont éclaté lorsque la police est allée arrêter l’un d’entre eux. La police a tiré des balles en caoutchouc sur l’esplanade tentaculaire alors que certains Palestiniens s’abritaient à l’intérieur de la mosquée elle-même. La police a pu être vue plus tard juste à l’intérieur d’une entrée de la mosquée barricadée.

La police a déclaré avoir répondu à des dizaines de personnes qui criaient à l’incitation et lançaient des pierres, et qu’un policier a été légèrement blessé. Le service d’urgence du Croissant-Rouge palestinien a déclaré que deux Palestiniens avaient été transportés à l’hôpital après avoir été frappés à coups de matraque.

Contrairement aux affrontements précédents, des témoins palestiniens ont déclaré qu’il n’y avait pas eu de jets de pierres au départ. Certains de ceux qui s’étaient réfugiés à l’intérieur de la mosquée ont commencé à lancer des pierres et d’autres objets lorsque la police est entrée dans le bâtiment. Les témoins ont parlé sous couvert d’anonymat pour des raisons de sécurité.

En vertu d’arrangements informels connus sous le nom de statu quo, les Juifs sont autorisés à visiter le site mais pas à y prier. Ces dernières années, ils se sont rendus en nombre toujours croissant avec des escortes policières et beaucoup ont prié discrètement, provoquant la colère des Palestiniens ainsi que de la Jordanie voisine, qui est le gardien du site. Les Palestiniens craignent depuis longtemps qu’Israël envisage de prendre éventuellement le contrôle du site ou de le diviser.

Israël se dit déterminé à maintenir le statu quo et accuse le Hamas d’inciter à la récente violence.

Ce fut l’une des pires effusions de sang depuis des années. Au moins 18 Israéliens sont morts dans cinq attentats, dont un saccage au couteau dans le sud d’Israël, deux autres fusillades dans la région de Tel-Aviv et une fusillade le week-end dernier dans une colonie de Cisjordanie. Près de 30 Palestiniens sont morts dans la violence, dont la plupart avaient perpétré des attentats ou participé à des affrontements avec les forces israéliennes en Cisjordanie. Mais une femme non armée et un avocat qui semble avoir été abattu par inadvertance ont également été tués.

Israël et le Hamas ont mené une guerre de 11 jours il y a un an, alimentée en grande partie par des troubles similaires à Jérusalem.

.

Leave a Comment